Préparer le passage au cru pour votre furet

Préparer le passage au cru pour votre furet

image_pdfVersion PDFimage_printImprimer

Vous êtes convaincu que l’alimentation crue est la meilleure option pour votre furet et vous êtes bien décidé à franchir le pas. Mais vous avez encore quelques questions pratiques qui vous taraudent avant de faire le grand saut. Cet article vous guide dans vos premiers pas vers cette nouvelle alimentation.

 

Glossaire
Os charnu : os entouré de viande qui se croque et s’avale dans sa totalité. Vous trouverez une liste détaillée ici 
Organe : partie du corps exerçant une fonction spécifique: coeur, poumons, rate, reins, peau etc …
Diarrhée : c’est l’émission de plus de 3 selles liquides par jour au delà de 48 h
Constipation : c’est l’absence de selles au delà de 48 h alors que votre chat se met en position et tente de déféquer sans rien produire.
Régurgitation : votre furet “rend” la totalité ou une partie de ce qu’il a mangé. Les morceaux sont intacts et trempent parfois dans du liquide (eau ou mélange de sucs gastriques et d’eau)
Vomissement :  votre furet “rend” une bouillie pré digérée marron et odorante

 

Les achats
Effectuez vos premiers achats en grandes surfaces ou chez votre boucher, le temps de déterminer les éventuelles intolérances de votre animal. Vous pourrez ensuite passer commande sur les sites spécialisés.
Si vous avez profité d’une commande groupée pour acheter des coffres de lapin, et que vous vous questionnez sur la façon de préparer vos ration, rassurez vous : les furets en bonne santé ne sont pas concernés par la chaine du froid. Ainsi vous pouvez décongeler vos coffres de lapin suffisamment pour préparer vos rations, puis les re congeler et les re décongeler pour les donner à votre animal.

Vous démarrez avec du coffre et de la viande de lapin ou avec de la caille.

 

Préparation des rations
On pèse le furet et on calcule sa ration à l’aide du calculateur. Vous cochez Oui à l’option “Je débute”.
Jusqu’à 12 mois le calculateur indique à volonté. Cela signifie que vous donnez les quantités en fonction de l’appétit de l’animal, pas que vous laissez à disposition. Débutez sur une base de 10 % de son poids corporel et complétez en fonction des besoins de votre fureton.
Ces quantités sont données à titre indicatif. Fiez vous à vos observations. Si vous avez un doute, pesez votre furet et si besoin vous ajusterez les quantités en diminuant ou en augmentant de 10 %. Le furet se régule très bien tout seul. Il peut avoir une prise de poids spontanée et normale en hiver, et une perte de poids spontanée et tout aussi normale en été. S’il laisse ou cache de la nourriture c’est qu’il a trop.
Si votre furet a besoin de prendre du poids privilégiez les viandes grasses.
Si votre furet a besoin de perdre du poids, réduisez les portions.

On démarre le premier repas de cru le matin après le jeûne de la nuit (minimum 12 h) afin de laisser s’achever la digestion et favoriser l’appétit. Il n’y a pas de transition, pas de mélange avec ce que vous donniez auparavant. Si vous voulez vous assurer que tout se passe au mieux, débarrassez vous de toute nourriture industrielle en l’offrant à une association ou un refuge.

Vous répartissez  la ration en 2 repas (matin et soir) car la viande est rapidement assimilée par l’organisme. Je vous conseille de donner les os charnus à un moment où vous pouvez surveiller votre furet (de loin) et où il est au calme.

Une ration se compose comme suit :

  • 30 % d’os charnus
  • 50 % de viande coupée en petits morceaux taille “Apéricubes”
  • 20 % d’abats : 5 % de foie + 15 % d’un mélange de 3 organes (au moins)

La proportion d’os charnu et de viande s’ajuste ensuite en fonction des selles de votre animal : crayeuses et friables vous diminuez la quantité d’os et compensez avec de la viande, trop molles vous augmentez les os charnus et diminuez la viande (ou vous donnez des os moins charnus). Durant la première semaine il se peut que votre furet ait des selles molles voire quelques selles liquides. Pas de panique c’est le changement d’alimentation. Cependant, si après 48 h les selles liquides et nombreuses persistent, il se peut que votre furet soit intolérant au lapin ou à la caille. Il faudra alors changer de viande et consulter votre vétérinaire. Une diarrhée n’est jamais à prendre à la légère. Les plâtres gastriques ne feront que masquer les symptômes.

Vous trouverez la méthode détaillé sur les guides du furet débutant. Le calculateur vous propose un plan pour les différentes introductions.

A terme votre animal est censé avoir une variété de viandes suffisamment importante pour couvrir ses besoins nutritionnels que ce soit en vitamines, sels minéraux et oligo élements. L’équilibre ne se fait pas sur une gamelle ou la journée. Cette variété se fait sur plusieurs semaines.
Vouloir absolument créer un équilibre sur chaque repas est illusoire et amène à rajouter des choses qui n’ont rien à faire dans la gamelle d’un carnivore.
Nous conseillons donc de donner :
  • 5 à 7 types sources animales différentes (hors poisson)
  • 3 types de poissons entiers ou en filet
  • 3 foies d’animaux différents
  • Un mélange de 3 autres organes (cœur, gésier, poumon, rognon etc …) en faisant un roulement des divers organes. Et si parmi ces abats vous arrivez aussi à varier l’animal dont il provient, c’est encore mieux.
  • Des proies (rongeurs et petits volatiles)

Les précisions utiles

  • Il n’y a pas de détox quand on passe d’une alimentation industrielle ou ménagère au cru. Les diarrhées ne sont jamais normales.
  • Il n’y a pas besoin de vermifuger lors du passage au cru. Si vous suspectez une parasitose, prélevez des selles et demandez une coproculture à votre vétérinaire.
  • Un furet au cru ne fait pas forcément de selles tous les jours.
  • Les selles d’un furet au cru sont plus petites et souvent moins odorantes.
  • Si votre furet a des selles liquides, vous pouvez lui donner de l’ultra levure et des probiotiques à destination des carnivores.
  • Il n’y a pas de menu type. Vous ferez en fonction des viandes que votre animal tolère.
  • Les quantités s’adaptent suivant la prise ou perte de poids de l’animal.
  • Il n’y pas de budget moyen. Il dépendra des bons plans que vous aurez trouvés et du nombre d’animaux présents dans votre foyer.
  • La viande, le poisson, les abats et les œufs sont donnés crus.
  • Les os crus charnus ne sont pas dangereux et sont obligatoires pour l’équilibre phosphore calcium et la bonne hygiène bucco dentaire.
  • On ne donne pas de sanglier sauvage pour cause de maladie mortelle (Aujeszky). Pour les porcs de plein air, les élevages porcins français sont indemnes de la maladie depuis 2011 et systématiquement contrôlés. Cependant, quelques foyers ont émergés récemment. La prudence veut donc que si vous vous trouvez dans une des zones où la maladie a été déclarée, vous éviterez les porcs élevés en extérieur.
  • Le poisson se congèle au moins 1 semaine en dessous de -20° avant d’être donné pour tuer les éventuels parasites (tels que les Anisakis), 3 semaines pour les saumons et truites du Pacifique.
  • On fera attention de varier les espèces et âges des proies. Vous trouverez ici une liste de proies
  • Vous pouvez alterner proies entière (whole prey model) et repas “classiques” (Prey model / Frankenprey)
  • Un régime composé uniquement de poussins est déséquilibré.
  • Pas de céréales, féculents, légumineuses, fruits ou légumes. Le furet est un carnivore strict
  • Il n’y a pas de précaution particulière à prendre lors de la préparation des rations. Appliquez les règles basiques d’hygiène en vous lavant les mains, les différents ustensiles et plan de travail après utilisation.

Notre méthode vous explique comment composer la gamelle de votre animal avec des morceaux de viandes, des os charnus, des abats et du poisson. Dans la mesure où je ne recommande pas les rations préparées sur mesure, les produits tout prêts en barquette ou en boudin, si votre animal vient à présenter des trouble digestifs, merci de vous adresser à la société chez qui vous avez acheté vos produits.

Pour tous renseignements, n’hésitez pas à rejoindre notre groupe Facebook ici.

Nous proposons également un accompagnement personnalisé via notre association. N’hésitez pas à nous contacter à notre adresse mail : rawfeedingpreymodel.asso@gmail.com

© 2023 – 2024, Carole Marret. All rights reserved.

Les commentaires sont clos.